10 étapes pour consommer la mode de manière responsable

mode repsonsable conseils

Aujourd’hui, je vous propose d’aborder 10 étapes pour consommer la mode de manière responsable. Passionnée de mode, depuis presque toujours, je n’ai pas pris rapidement conscience de ce qui se tramait en coulisses de mes sessions shopping. Ce constat semble valable pour beaucoup d’entre nous et nous ne pouvons le nier encore à ce jour. L’industrie de la mode pollue grandement la planète et des employés de l’industrie textile continuent de travailler dans des conditions déplorables. Pourtant, il existe des alternatives, mais avant tout, il faut être convaincu et prêt à réinventer sa consommation mode. Au travers de mon expérience, je partage avec vous une part de mon cheminement et de ma démarche en 10 étapes.

Consommer la mode de manière responsable Quand réfléchir rime avec plaisir !

1. Prendre conscience de l’impact de nos achats mode

De nombreux sites font de nos jours librement état et en toute transparence de l’impact de la surconsommation en textiles et habillement. Consultez par exemple, le site de la Fashion Revolution aux nombreuses ressources. Je vous conseille aussi le film The True Cost, un témoignage percutant sur l’industrie de la mode et du textile à travers le monde. Préparez-vous à un réel électrochoc, car après cela, vous ne pourrez plus fermer les yeux sur ce qui se passe au-delà de nos frontières (en tout cas, j’ose l’espérer).

2. Prendre conscience que nous possédons trop d’habits

C’est en 2013 que j’ai véritablement commencé à me questionner sur ma consommation de vêtements. Ce questionnement timide se résumait à privilégier parfois des pièces éthiques ou de créateurs moyennant quelques euros de plus, plutôt que de ne jurer que par les grandes enseignes peu éthiques. Je recherchais surtout de la qualité et de la durabilité. J’achetais aussi de la seconde main dans les fripes, ou encore mieux, je dénichais des vêtements de ma mère ou de ma tante en excellent état. 

C’est en 2014, que j’ai commencé à viser la « déconsommation ». Je savais que j’avais trop de vêtements. Je ne portais pas certaines pièces pendant plus de six mois consécutifs. Pire encore, j’en avais même oublié d’autres au fond du placard, … Et puis CRAC ! Un jour de cette même année, la tringle de mon dressing a lâché sous le poids de mes habits. En ramassant le tout, je me suis même mise à compter mes robes et le constat fut affligeant. Ce souvenir a été le déclic pour commencer à me séparer de plusieurs pièces et plus régulièrement.

Avais-je vraiment besoin de 25 paires de chaussures, de 65 robes tous les styles et les saisons confondus (oui les robes, c’est clairement mon DADA !!! Une pièce une tenue à juste accessoiriser, j’aime bien le concept de gain de temps), de 20 jeans, etc. ?

(Oui, j’étais dingue de fringues. Puis, pour ma défense, je n’ai pas changé de taille de vêtements depuis mes 19 ans. J’avais finalement tout gardé même des articles fétiches usés et recyclés en tenues de maison ^^ HELP !!!).

3. Faire le tri et des essayages

Après la rupture de mon dressing saturé, plutôt que d’arranger la tringle et de tout remettre dans la précipitation, j’ai opté pour le tri, le GRAND tri. J’ai mis de côté les habits que je portais souvent dans un premier temps. Je me suis ensuite lancée dans des heures d’essayages pour créer de nouveaux looks et mettre de côté les pièces qui ne m’intéressaient plus. J’ai alors misé sur les vide-dressing et la revente et j’ai aussi déposé des articles à des associations locales de collectes de vêtements.

Que le temps économisé en shopping se transforme en un temps pour soi à s’amuser devant le miroir !

4. Revendre nos habits qui ne font plus sens

Les vide-dressing sont de nos jours monnaie courante. C’est en 2014 que je me suis vraiment lancée. J’ai alors tenté l’aventure Tictail, Videdressing ou encore Vinted. J’ai aussi vendu plusieurs vêtements à des amies ou connaissances, voire connaissances de connaissances, et même à des inconnues qui avaient vu mon vide-dressing sur mon ancien blog.

Je suis passionnée de mode, mais aussi de voyages. Je voyais alors ces reventes comme une double opportunité : celle de faire respirer à nouveau mon dressing et celle de me concocter une petite cagnotte pour encore plus profiter de mes escapades. À cette époque, (trop sentimentale ^^) je considérais encore ma garde-robe comme un trésor et avais tout de même un peu de mal à brader quelques « vêtements souvenirs ». 

À l’heure actuelle, je ne ressens plus ce brisement au cœur (drama girl ^^) lorsque je me sépare d’un vêtement. Au contraire, j’en suis ravie et je suis ravie de faire le bonheur d’un tiers. Il m’aura finalement fallu 3 ans pour véritablement accepter que me séparer de ces « souvenirs d’une autre vie » me permet de me rapprocher de mon envie d’avoir un dressing plus en accord avec mes valeurs.

mode repsonsable conseils

5. Porter nos vêtements jusqu’à l’usure

Lorsque l’on s’engage dans une démarche de consommation mode responsable, on aimerait pouvoir de suite acheter ces vêtements alternatifs qui nous séduisent. Or, qui dit démarche responsable, dit aussi arrêter de consommer de manière superficielle. J’ai donc mis de côté les vêtements que je porte régulièrement et je suis ravie de les user avant de renouveler ma garde-robe. Puis, soyons honnête, avec le grand nombre de vêtements que la majorité d’entre nous possède, il est aisé de se créer un « vestiaire capsule » sans besoin d’acheter. En quelques essayages, nous pouvons nous amuser à mixer ces pièces entre elles et être surprise des nouveaux looks possibles. 

Depuis 2014, je constate que je n’ai acheté que rarement par coup de cœur et encore les pièces étaient proches de ce que je désirais acheter. Par exemple, j’ai acheté une robe de soirée avec le bas effet jupe plissée noire. Ce fut un véritable « crush ». C’est en cabine que je me suis rendu compte qu’en ajoutant un sweat dessus et en troquant les talons de soirée pour des baskets que j’aurais le look que je souhaitais adopter sans besoin donc d’acheter cette fameuse jupe noire plissée. Concernant mes autres achats, il s’agit majoritairement d’articles de sport ayant repris un rythme plus régulier d’entraînements en 2017. Puis, aussi des pièces que je porte vraiment souvent et que j’use.

En conséquence, prendre du recul a du bon pour moi. Mes nouveaux habits sont loin de rester au placard et mes copines peuvent sûrement en témoigner. Je pense notamment à une robe bleue à fleurs et à 3 jeans 100% denim que j’ai porté une tonne fois et porte encore. À présent, j’ose même m’habiller souvent à l’identique d’anniversaire en anniversaire, de soirée en soirée. 

Ben oui, si je me sens bien dans cette robe fleurie qui matche au boulot comme au resto, pourquoi en acheter une nouvelle ? Parce que les mœurs voudraient me faire croire que s’habiller pareil à des occasions spéciales avec les mêmes invités est mal perçu ? Que nenni, parle à ma main, blablabla,…  J’assume totalement de porter et reporter à souhait ces tenues que j’adore, et cela, quelles que soient les pensées des autres 

mode responsable fashion revoluton France

6. Nous informer sur les matières, les coupes, …

S’inspirer, c’est bien, mais au moment de l’achat, encore faut-il connaître quelques astuces. Le made in France ou made in Europe n’est pas forcément éthique ou responsable. Il existe plusieurs qualités de coton et des matières alternatives au coton, et même au cuir. On peut acheter créateur mais pas forcément matière 100 % écolo et c’est déjà pas mal pour le côté humain. De plus, les coupes des vêtements, le fait que la matière soit fluide ou épaisse, quelques subtils détails, une couleur ou encore un imprimé peuvent vous mettre véritablement en valeur tout comme mal vous aller. Bien sélectionner ce qui vous va vraiment est une clé. Puis pour ce faire, rien de tel que d’apprendre à mieux se connaître auprès d’un coach en Image, entre amis ou en introspection.

En effet, au-delà du côté écologique ou de la durabilité des matières et finitions, détenir des bases de conseil en image m’apparaît important. De plus, ces conseils permettent de miser sur la qualité et non la quantité dans notre dressing. Par qualité, j’entends qualité de l’effet sur vous, sur votre silhouette et aussi le fait de disposer sûrement de plus de budget avec le temps, car on n’achète plus à tout-va et en nombre, mais CE QUI NOUS VA ET EN CONSCIENCE de l’effet Wahou.

Bref, autant apprendre à mettre en avant nos atouts et à masquer nos petits défauts. De fait, vous n’aurez plus à regretter le moindre achat 

7. Évaluer notre budget habillement

Consommer la mode de manière responsable nécessite de comprendre le VRAI prix d’un vêtement. Difficile de nos jours, de définir le réel prix d’un T-shirt ou d’un jean de qualité, et même de chaque vêtement ou accessoire. En matière de mode responsable, les matières sont nobles ou écologiques et les travailleurs sont rémunérés au juste prix. Si vous achetez des produits véritablement made in France, vous comprendrez que la confection d’un T-shirt basique ne peut pas avoisiner 4 €, voire moins. Néanmoins, je parviens à dénicher des marques de mode responsable accessibles et dont l’économie se fait encore plus ressentir sur la durée du plaisir de porter ces articles.

En évaluant mon budget habillement, je peux alors anticiper mes dépenses et me faire plaisir sans culpabiliser. Il m’arrivait de dépenser 150 euros dans une grande enseigne peu éthique en un passage en caisse. À ce prix, je peux aujourd’hui aisément m’acheter une belle robe de petit créateur qui me durera bien plus longtemps, ou même un ensemble jean et tee-shirt, des baskets éco-responsables ou encore une pochette en cuir, etc.

8. Miser sur la qualité et non la quantité de vêtements

Je l’ai déjà mentionné précédemment, mais le répéter pour bien insister me plaît bien. Effectivement privilégier la qualité à la quantité reste la base. Au final, c’est aussi bien plus agréable de pouvoir discerner en un clin d’œil tous ses vêtements et imaginer ses tenues sans stress pour x occasions. On gagne aussi un temps précieux pour s’habiller. Puis n’ayez crainte de l’impression de n’avoir rien à vous mettre. On expérimente finalement plus cette sensation quand nos placards débordent, c’est donc bien une peur irraisonnée.

Enfin, nous sommes d’accord, quand vous faites « le grand tri », pensez à une sélection réfléchie par saisons, par occasions et laisser aussi de la place au plaisir. La joie d’un pull, d’une robe, d’un jean etc. qui pourrait paraître de trop, mais que vous appréciez. Quand je parle de tri, je précise ne pas faire référence à un dressing minimaliste qui est un autre sujet. Enfin, par expérience, je procède par étapes. Impossible pour moi de faire un immense vide dans ma penderie en une seule fois. Je pense que c’est tout simplement humain.

Le mot de Sonia Tri, étapes et sentiments

Nous sommes d’accord, quand je parle de faire « le grand tri », je pense à une sélection réfléchie et non au grand vide forcé. Imaginez un tri par saisons, par occasions, par utilité, par couleurs, etc. Puis, laisser aussi de la place au plaisir. La joie d’un pull, d’une robe, d’un jean etc. qui pourrait paraître de trop, mais que vous appréciez doit être conservée.

Par conséquent, quand je parle de tri, je précise ne par faire référence à un dressing minimaliste. Ceci est un autre sujet. Puis, par expérience, j’ai moi-même procèdé et procède encore par étapes. Impossible de faire un immense vide dans ma penderie en une seule fois. Je pense que c’est tout simplement humain 🙂

On les chérit, nos habits, n’est-ce pas ? 

Il y a ce côté affectif ou sécurisant à dépasser aussi durant de tels cheminements. Vous savez ce genre de petite voix qui dit : « Cette robe me rappelle ce souvenir trop cool, même si pas portée depuis 6 mois, je la porterai à nouveau, c’est sûr ! ??? » ou encore « Et si tu le gardais au cas où tu irais à telle ou telle occasion ? ». Affect et sécurité quand vous nous prenez par les sentiments… Grrrr 

9. Se laisser inspirer pour de futurs achats

Rien de tel que de prendre le temps de réfléchir sur les styles vestimentaires que nous aimons pour consommer la mode de manière plus responsable. Laissez-vous inspirer en vu de renouveler ou de simplement pimenter votre dressing. Pour ce faire, ma première source d’inspiration est sans nul doute Pinterest. J’aime les styles bohème, rock chic, néo rétro, le noir, mais aussi les looks des newyorkaises, par exemple. Sur ce réseau social, je trouve mon bonheur (la preuve ici : https://www.pinterest.fr/mapausemode/). J’enregistre même des photos de looks qui correspondent à des pièces que j’ai dans mon placard et que je n’aurais pas forcément mixées. J’enregistre aussi les photos de pièces que je veux acheter prochainement et j’attends d’en ressentir vraiment le besoin. En ce sens, vous pouvez créer un tableau privé esprit « Ma wishlist vestimentaire » « Mes futurs essayages ». Au final, en regardant quelques jours plus tard les photos, je ne passe à l’achat qu’exceptionnellement. Résultat, je me porte très bien avec les classiques de ma garde-robe. Puis, de toute façon, je n’ai jamais collé aux tendances de manière excessive.

10. Rechercher des marques alternatives

L’habillement est un plaisir nécessaire. He oui, la mode responsable rime aussi avec plaisir ! Il existe une pléthore de jeunes créateurs ou de marques éthiques, respectueuses de l’humain et de l’environnement. Elles savent conjuguer belles matières, coupes tendances ou intemporelles avec finitions soignées et gage de durabilité.

Libre à vous d’être curieuse, de visiter des blogs spécialisés en mode responsable, de chercher des inspirations avec les hashtag  #slowfashion #modedurable #moderesponsable #modeecoresponsable #createur #createurparisien #madeinfrance #madeinspain #madeinportugal #madeinitaly, etc.

La mode durable, responsable ou éthique a su prendre un joli tournant et de nombreuses marques offrent des collections résolument dans l’air du temps. Tous les styles même sont accessibles depuis le classique, l’office, le bohème, le streetwear, le romantique en passant par l’artistique ou le dernier cri, et sans oublier les robes de soirée, et même de mariées.

achat-mode-responsable-conseils

Bonus : être sûre de soi, même si on n’a pas acheté le must have de la saison

Consommer la mode de manière plus responsable, c’est aussi prendre un certain recul. Des personnes de votre entourage continueront d’acheter “en masse” et resteront dans le système de la fast fashion. Parfois, vous pourrez vous laisser tenter par un habit estampillé d’une grande enseigne peu éthique, et ce n’est pas grave. Il faut rester dans le plaisir. Mais vous verrez, avec le temps que cette notion de plaisir s’essouffle un peu, car vous avez dans votre viseur une wishlist qui vaut encore plus le coup. Ne suivez pas les tendances, appropriez-vous les avec considération et réflexion !

Nos choix façonnent notre futur et de nos jours, ils résonnent de plus en plus fort pour le futur de l’Homme et de la planète telle qu’on la connaît aujourd’hui.

conseil en image Auch Gers mode responsable

À petits pas comme le petit colibri…

À l’image de la légende du colibri, qui tente seul d’éteindre le feu d’une forêt pendant que les autres espèces assistent à cette destruction sans bouger, faites un premier pas et appréciez ! Le simple fait de vous ouvrir à des marques de mode responsable en plus des grandes marques peu éthiques, ou d’opter pour de la seconde main plus souvent, sera déjà un premier pas salutaire. Puis, s’il le faut vous allez juger de la différence de qualité, prendre vraiment conscience de la gravité du secteur de l’habillement, au-delà de la portée environnementale et humaine de votre achat; puis vous deviendrez accroc à la mode responsable 😉

J’ai essayé de ne pas trop entrer dans les détails afin d’étoffer petit à petit certains de ces points. En l’attente, j’espère que lorsque vous souhaiterez acheter une nouvelle tenue, vous vous souviendrez de tous les pouvoirs qui se cachent derrière un tel acte d’achat ; tant pour vous-même, que pour la Planète et nos pairs qui travaillent dans l’industrie de la mode.

Alors prête à cheminer ? Encore sceptique ? Ou déjà convaincue ?

À vos commentaires pour enrichir ce post !

À très vite,

Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Sonia Pellegrin influenceuse mode

Bienvenue sur le blog Ma Pause Mode. Ici on aborde la mode, la Slow Fashion, les tendances, le shopping, le Body Positivisme et plus largement, le mouvement Slow Life. Bonne lecture !

LES RUBRIQUES DU BLOG

OUTIL DE RECHERCHE

@mapausemode

Inscription Newsletter

Soutiens

Sloweare label français slow fashion